FOLLOW

TUBA!

Turtle1

La recette de Bambou en matière de responsabilisation sociale

À l’annonce, par le gouvernement, d’un plan visant à construire des logements sur la terre ferme pour des milliers de "boat-people" vietnamiens, de nombreuses familles ont vu un rêve devenir réalité: une façon d’échapper à une vie extrêmement rude. Mais certaines difficultés les ont suivies sur la terre ferme. De nombreuses familles n’avaient pas vraiment d’autre choix, pour survivre, que d’envoyer leurs enfants travailler, malgré tous les risques de maltraitance et d’exploitation.

Désormais, la TUI Care Foundation et Plan international travaillent main dans la main pour permettre à des jeunes défavorisés de la ville de Huế City et à leur famille de sortir du piège de la pauvreté. Le but est de mettre les jeunes sur la voie d’une carrière gratifiante grâce à la formation et à l’expérience professionnelles, tout en apportant un soutien aux familles pour les aider à gérer leur budget et à pouvoir scolariser leurs plus jeunes enfants.

Projet

La vie était difficile pour les "boat-people" de la rivière Huong, dans la province de Thua Thien Huế. Des familles entières s’entassaient dans de petits logements, protégés des intempéries par une bâche en plastique faisant office de toit. Mais le plastique ne protège pas du froid et, quand on ne peut se réchauffer nulle part, quand on manque de vêtements pour se couvrir et qu’on ne peut même pas se laver (la rivière étant trop froide), le mauvais temps est une chose que l’on redoute.

C’est pourquoi, lorsque le gouvernement est intervenu et a construit de nouveaux immeubles destinés à accueillir 7 000 "boat-people", cela a fait naître l’espoir d’une vie meilleure. Mais les rues de Huế City ne sont pas pavées d’or. Un maigre salaire, voire le chômage, et des dettes astronomiques: voilà le quotidien de nombreuses familles. Le Viêtnam n’est pas un pays riche. Son PIB par habitant s’élève à 2 343 $, contre 44 470 $ pour l’Allemagne. Les emplois sont rares et aucun plan ne vise à en créer. Souvent, les programmes de formation sont mal adaptés aux besoins des jeunes et des employeurs. De nombreux enfants ont dû arrêter l’école et trouver du travail, sur les marchés, où ils vendent des friandises ou ramassent des déchets, avec à la clé des risques évidents: les enfants qui travaillent, surtout les filles, sont très vulnérables à la maltraitance, à la dépendance et à l’exploitation.

La TUI Care Foundation et Plan International collaborent pour donner à ces enfants une chance de se construire un avenir meilleur, en permettant à 350 jeunes de suivre une formation professionnelle et d’acquérir de l’expérience. Huế est une destination touristique en puissance, de sorte que bon nombre de ces jeunes seront formés à travailler dans le secteur du tourisme et feront leurs premières armes au sein du secteur hôtelier dans un restaurant.

Le cursus de quatre mois comprend deux mois et demi de formation professionnelle dans un centre de formation local et un stage rémunéré de six semaines dans un restaurant d’application situé à Huế, appelé TRE – le terme vietnamien pour "bambou". L’expérience professionnelle acquise par les étudiants aide ces jeunes femmes et hommes à décrocher des emplois stables et de qualité.

Proposant un menu asiatique et européen, le restaurant cherchera à attirer des visiteurs désireux de goûter à la cuisine locale et devrait attirer entre 150 et 200 clients par jour. Les recettes dégagées financeront les formations et le restaurant devrait être financièrement autonome en trois ans, ce qui permettra à l’initiative d’apporter un soutien et de donner une chance à davantage de jeunes défavorisés.

Dans le cadre de ce projet, d’autres mesures sont prévues pour aider les jeunes et leur famille. Plus de 20 groupes d’épargne locaux ont été créés pour aider les familles à accroître leur sécurité économique. En plus de mettre de l’argent de côté, elles acquièrent des compétences financières, et de petits prêts ont été accordés à 160 parents d’enfants au travail. Des bourses d’études ont été octroyées et des équipements scolaires mis à disposition pour aider les enfants à rester dans l’enseignement; des espaces publics sécurisés, comme des terrains de jeux, ont été créés pour accueillir près de 2 000 enfants. Un travail de sensibilisation à la protection des enfants est également en cours: on sensibilise les enfants eux-mêmes à la violence contre les jeunes, tandis que les institutions économiques et les autorités locales reçoivent des données sur les risques en matière de protection des enfants, l’inégalité des genres et la situation économique des familles défavorisées.

Ly, une jeune fille de 17 ans qui a suivi une formation de coiffeuse grâce au projet, nous dit: "Je peux désormais soutenir financièrement ma famille et faire du volontariat pour aider d’autres jeunes. Lors d’événements organisés pour les enfants, j’ai participé à un spectacle avec des enfants de la rue et j’ai chanté une chanson devant un public de plusieurs centaines de personnes. Je me suis sentie fière de moi et j’ai gagné en confiance en moi."

 

Partenaire du projet

Plan International est une organisation de solidarité internationale œuvrant pour la protection de l’enfance dans 51 pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine. Elle cherche à réduire la pauvreté, à protéger les enfants de la violence et à améliorer leur accès à l’enseignement, à la formation et aux services de santé sexuelle, en portant une attention particulière à l’égalité des droits et des chances pour les filles.

Project Partner

Tre Restaurant Vietnam