FOLLOW

TUBA!

Turtle1

Vers un avenir plus durable après la pandémie: protection des forêts de mangroves vierges et soutien à l’économie locale en République dominicaine

  • Une initiative commune de la TUI Care Foundation, du Nature Global Fund et du Center for the Conservation and Eco-Development of the Bay of Samaná and its Surroundings vise la restauration de 80 hectares de forêts de mangroves et le développement d’un plan de gestion pour le parc national Manglares del Bajo Yuna qui comprend une partie de la ville de Sanchez
  • 3000 enfants d’écoles locales en apprendront davantage sur les mangroves et leurs écosystèmes, tandis que 1500 habitants de la communauté locale de Sanchez prendront part aux activités de restauration
  • Une analyse commerciale en faveur de la biodiversité identifiera les meilleures activités économiques pour le développement du tourisme basé sur la communauté dans la région en vue de renforcer le secteur touristique de la République dominicaine une fois la crise du coronavirus passée

 

Berlin, le 26 juillet 2020. En cette journée internationale de la conservation de l’écosystème des mangroves, la TUI Care Foundation, l’ONG allemande Global Nature Fund (GNF) et l’ONG dominicaine Center for the Conservation and Eco-Development of the Bay of and its Surroundings (CEBSE) annoncent un nouveau projet qui vise la protection des forêts de mangroves précieuses du parc national Manglares del Bajo Yuna. Le projet plante son décor dans le parc national et la ville de Sanchez, situés dans la province de Samaná, dans le nord-est de la République dominicaine. Il a déjà été lancé en collaboration avec les autorités du parc en vue de réduire les effets négatifs de l’exploitation illégale et des autres activités économiques non durables du parc, tout en travaillant à la restauration de 80 hectares de forêts de mangroves dégradées. Un tel projet de restauration impliquerait une réduction moyenne d’environ 5000 tonnes d’émissions de CO2 par an. Par ailleurs, l’exploitation des écosystèmes du parc favorisera les opportunités économiques pour les habitants des communautés adjacentes. La sensibilité et la gestion environnementales pour les trésors naturels de la République dominicaine seront stimulées. Ce projet est financé par le ministre allemand de la Coopération et du Développement économiques et la TUI Care Foundation.

Frank Oostdam, membre du Conseil de surveillance de TUI Care Foundation, a déclaré: "Même si, en ce moment, tous les regards sont tournés vers la lutte contre la pandémie, nous devons dès maintenant jeter les bases pour un avenir plus durable. La protection de la nature et de l’environnement ainsi que le soutien économique de la population locale constituent l’objectif premier de la TUI Care Foundation, aujourd'hui plus que jamais. Notre nouveau projet aux multiples facettes contribuera à la protection des forêts de mangroves vierges en République dominicaine, tout en créant des opportunités pour les communautés locales et en encourageant les jeunes de la région à devenir les ambassadeurs d'un avenir durable."

Le maire de la ville de Sanchez, M. Inocencio de Jesus Calcaño, a quant à lui affirmé: "Le Conseil de la ville de Sanchez entend soutenir ce projet, car il a pour but d’améliorer la qualité de vie de nos municipalités ainsi que notre environnement, qui ont grandement besoin d’aide."

Les mangroves ont la faculté d’accumuler le carbone organique dans les sols saturés en eau qui les entourent, ce qui en fait l'un des habitats stockant la plus grande quantité de CO2. D'une importance capitale pour l’écosystème marin et la population, les mangroves font partie des écosystèmes les plus menacés. Rien que ces dernières décennies, nous avons perdu plus de 50 % de la surface de mangroves du monde. En République dominicaine, les activités non durables dans les parcs nationaux menacent les écosystèmes qui sont vitaux pour les personnes vivant dans la zone et autour de celle-ci. Ces activités constituent un immense poids pour l’avenir des jeunes Dominicains.

Malgré les défis présentés par la crise du COVID-19, ce projet a déjà lancé un vaste dialogue entre les différents acteurs. Grâce à celui-ci, le projet mettra en place un nouveau plan de gestion et encouragera les autorités du parc national Manglares del Bajo Yuna à mieux protéger les espaces naturels vierges et les écosystèmes du parc. De plus, les gardes forestiers seront mieux équipés afin d’offrir une meilleure protection aux zones du parc qui ont le plus de valeur, facilités qu’ils pourront aussi utiliser pour présenter le parc aux touristes. Les activités conduites par l’équipe du projet et les gardes forestiers du parc national afin de restaurer 80 hectares de forêts de mangroves impliqueront la participation de plus de 1500 habitants de la ville de Sanchez, ce qui pourrait aussi donner envie aux autres communautés vivant près du parc de participer à la gestion. Des images satellite seront utilisées en vue de visualiser le processus de restauration et de mesurer les répercussions tout au long du projet.

Basé sur une analyse des possibilités économiques en faveur de la biodiversité, ce projet sera mené en collaboration avec des pêcheurs et des associations de femmes avec pour objectif de créer des produits, à partir des poissonneries et des champs de la région, qui ont un potentiel de vente dans les établissements touristiques de la baie de Samaná, créant ainsi de la valeur ajoutée pour les locaux. En parallèle, dans le cadre d’un programme mis en place avec plusieurs écoles, 3000 enfants en apprendront plus sur les trésors naturels de la République dominicaine, y compris les écosystèmes offerts par le parc, éveillant ainsi un sentiment de fierté parmi la majeure partie des jeunes de Sanchez.

Le Dr Thomas Schaefer, responsable Conservation du GNF, ajoute: "C’est un réel plaisir pour nous de mettre notre expérience au service de la conservation des zones humides internationales et du développement de communautés du réseau Living Lakes Network et d’offrir les approches les plus récentes permettant de mettre en valeur le capital naturel existant en utilisant les vastes connaissances disponibles sur place. Les mangroves figurent parmi les zones humides côtières les plus importantes et cruciales pour la préservation de notre biodiversité sur et sous l’eau." 

Il est primordial pour la réussite à long terme de ce projet de mettre l’accent sur les activités économiques et le développement de capacités. Le tourisme étant l’une des principales sources de revenu des Dominicains, mettre en lumière la valeur du capital naturel de l’île au travers de ses zones protégées constitue une approche clé aussi bien pour protéger ces zones que pour soutenir le développement des communautés rurales. Parmi les opportunités économiques de diversification, dont peuvent profiter aussi bien les visiteurs que les locaux, figurent le kayak, l'observation des oiseaux et les visites guidées ainsi que la vente de produits locaux comme le miel, la confiture et les produits à base de poisson. Un lien fort avec le secteur touristique vibrant de l’île sera essentiel pour assurer le développement solide de ces entreprises et en faire profiter les communautés locales. Une attention particulière est également portée au développement des capacités des organisations impliquées en vue de leur offrir les connaissances et les outils nécessaires pour augmenter leur résilience dans le contexte local.

Patricia Lamelas, directrice du CEBSE a déclaré à son tour: "Ce projet représente une chance unique pour la région. Grâce à cette approche innovante, nous pouvons regrouper les principaux problèmes auxquels nous faisons face dans la région, en nous basant sur des activités préalables et l’ordre établi. La TUI Care Foundation joue un rôle majeur, jetant un pont entre les activités de conservation et le besoin en activités touristiques. Un grand nombre de familles de Sanchez vont bénéficier des activités de ce projet et pourront voir leurs revenus augmenter."